.. , , ,

Typologie des sols

1 Sols salins / 2 Podzol / 3 Sols hydromorphes / 4 Sols rouges 5 Sols bruns / 6 Sols isohumiques / 7 Sols ferralitiques / 8 Sols ferrugineux

 
10-24-2014, 01:41 PM #1
crazy dz
 
: Aug 2014
: 1,395
1 Sols salins / 2 Podzol / 3 Sols hydromorphes / 4 Sols rouges
5 Sols bruns / 6 Sols isohumiques / 7 Sols ferralitiques / 8 Sols ferrugineux

Un sol est compos par une succession de couches, appeles horizons, de composition et de structures diffrents et constituant son profil.


On distingue gnralement cinq types d'horizons :

L'horizon A est un horizon de surface, constitu surtout de matires organiques et soumis un fort lessivage qui l'appauvrit en lments fins et en fer.

L'horizon B est un horizon enrichi par illuvion en lments fins et amorphes : argiles, oxydes de fer et d'aluminium, humus. Cet horizon est souvent appel horizon structural ou horizon d'altration. Il diffre de l'horizon A par sa structure et de la roche-mre par son plus fort degr d'altration (prsence de Fe2O3 libre).

L'horizon C est un horizon correspondant au matriau originel partir duquel se forment les horizons A et B suprieurs. Il est peu diffrent de l'horizon RM dsignant la roche-mre non altre.

L'horizon G est un horizon de couleur gris verdtre, caractristique des sols hydromorphes, riche en fer ferreux, avec des taches de couleur rouille (fer ferrique) se formant au contact de l'oxygne encore prsent dans la zone de battance de la nappe phratique.



1) Les sols salins.

Les sols salins se rencontrent principalement dans les rgions sches. Ils se dveloppent au-dessus de roches riches en sodium. Il peut s'agir de roches naturellement riches en sodium ou de roches secondairement enrichies en sodium en provenance d'une nappe sale d'origine continentale ou marine. L'enrichissement secondaire peut aussi rsulter de mauvaises pratiques culturales, au cours desquelles des remontes d'eau charges en sel finissent par striliser les sols. Les causes de ces remontes de sel sont multiples. L'irrigation, associe une forte vapotranspiration, est une des causes la plus souvent avance.

Les sols salins se caractrisent par un profil simple avec un seul horizon A, assez pais, constitu de matires organiques et minrales encrotes de dpts de sel prcipit.

2) Les podzols et les sols podzoliques.

Les podzols sont des sols trs volus. On les rencontre principalement en climat froid. Ce sont les sols caractristiques de la taga. L'humus des podzols est un mor acide. Cette acidit rsulte du fort lessivage qui affecte ces sols et qui a pour effet d'entraner les lments basiques des horizons suprieurs A0 et A1 vers un horizon plus profond Bh d'accumulation de substances humiques et un horizon Bs d'accumulation de minraux (sesquioxydes). Entre l'horizon A1 et l'horizon Bh s'intercale un horizon luvial A2, cendreux et souvent trs pais.

3) Les sols hydromorphes.

Les sols hydromorphes se rencontrent surtout dans les rgions humides. Ils rsultent de l'engorgement permanent des horizons profonds les rendant asphyxiques et rducteurs. L'horizon A1 suprieur est un horizon mixte organique et minral. Les humus, selon les conditions, sont des hydromulls, des hydromoders, des hydromors ou des anmoors.

L'horizon profond est un gley ou un pseudogley. Cet horizon se caractrise par ses conditions asphyxiques et rductrices o le fer l'tat divalent (ferreux) lui confre une couleur verdtre. Dans la zone de battance de la nappe phratique qui l'ennoie, on peut observer des zones o le fer, parce qu'il a t au contact de l'oxygne, est sous sa forme trivalente (ferrique) et de couleur rouille. La rpartition, dans le profil du sol de ces plaques de fer ferrique, sont une bonne indication sur l'amplitude de variation en hauteur de la nappe d'eau.

4) Les sols rouges.

Les sols rouges sont aussi appels sols fersiallitiques. Ces sols se dveloppent surtout dans les rgions mditerranennes. Ils sont le rsultat d'une association forte et stable entre des collodes argileux (montmorillonite) et des oxydes de fer. Les " terra rosea " mditerranennes sont des sols rouges riches en oxydes d'aluminium qui se sont forms lorsque ces rgions connaissaient un climat tropical.

Ces sols sont gnralement riches et fertiles, avec des humus stables, voire peu mobilisables. Mais ce sont de sols fragiles, particulirement sensibles l'rosion olienne ou hydrique, surtout dans la situation de dcouverture vgtale dans laquelle ces sols se retrouvent aprs un incendie ou par suite du surpturage. L'rosion rduit ces sols des sols squelettiques autour de crotes calcaires striles.

5) Les sols bruns.

Les sols bruns sont les sols les plus frquemment rencontrs dans les rgions tempres. Ils se dveloppent surtout sur des pdoclimax forestiers aussi bien sur sols siliceux que calcaires. Ce sont ces sols qui fournissent les meilleures terres agricoles. Celles-ci, quand elles sont fragilises (manque d'amendement humifre ou calcique), deviennent plus sensibles au lessivage, s'acidifient, deviennent battantes. Cet appauvrissement est acclr quand les agriculteurs " oublient " de pratiquer des rotations dans les cultures et qu'ils satisfont les besoins des plantes, seulement en leur apportant des engrais, en oubliant de soigner les sols. La masiculture intensive est une pratique culturale trs appauvrissante pour les sols.

L'horizon suprieur A1 est organique et minral. Il peut tre plus ou moins lessiv. Selon la nature de la roche-mre, l'humus peut tre un mull (sols riches en bases et/ou en calcium actif), un moder (sols riches en bases, roche-mre siliceuse) ou un mor (roche siliceuse ou argiles, sols pauvres en bases, acides).

L'horizon B est dit d'altration ou structurel.

6) Les sols isohumiques.

Ce sont des sols pais, noirs, trs riches en matires organiques qui se forment en rgion tempre au climat sec (pluviomtrie infrieure 500 mm par an), sur un pdoclimax de prairie ou de steppe, de frutices pineuses ou de fort claire. Ces sols sont des chernozems ou des brunizems. Ils donnent des terres agricoles trs fertiles.

L'horizon A1 est pais, voire trs pais, trs riche en matire organique. La structure est trs grumeleuse, are. Les humus sont trs stables, voire difficilement utilisables.

L'horizon A2 est trs enrichi en calcium.

L'horizon infrieur est calcique.

7) Les sols ferralitiques.

Les sols ferrallitiques sont des sols rouges trs riches en oxydes de fer et en oxydes d'alumine. Ces sols se forment sous couvert forestier et en climat tropical ou quatorial. Ce sont des sols trs riches, mais extrmement fragiles. Ds l'instant o l'on supprime le couvert forestier qui les protge de l'rosion, mais surtout du lessivage, ces sols se transforment rapidement en cuirasses par suite d'une latritisation. Les oxydes de fer et d'alumine collodale prcipitent pour former des nodules (alios) qui, s'ils se soudent, forment des cuirasses dfinitivement striles.

8) Les sols ferrugineux.

Ces sols se forment essentiellement dans les rgions o rgne une trs longue saison sche et sur un pdoclimax de savane gramines, c'est--dire en Afrique tropicale, en Amrique centrale ou en Asie mridionale.

Ces sols sont riches en fer, en argiles (kaolinite), mais pratiquement, voire totalement dpourvus d'alumine libre.

L'horizon A1 est peu pais, riche en matires organiques et en minraux. Il surmonte un horizon luvial A2 et un horizon Bt enrichi en collodes argileux, entrans par lessivage.

Si ces sols se rvlent peu sensibles l'action humaine, il n'en va pas de mme de leurs couvertures vgtales qui, suite aux cultures sur brlis, sont profondment et durablement appauvries.



Typologie des sols selon Duchaufour : voir tableau.

A - Les sols peu volus.

Les sols peu volus sont des sols jeunes qui se distinguent par une faible altration des minraux et une faible teneur en matire organique laquelle se superpose gnralement au substrat minral sans former de complexe organo-minraux. Ces sols ont des origines diverses lies au climat, l'rosion ou encore aux apports extrieurs.

1) Les sols peu volus climatiques :

1.1 - Les sols dsertiques ou aridisols : ce sont des sols peu prs totalement dpourvus d'humus et qui rsultent d'une dgradation physique :


a) Les regs ou hamadas sont des dserts de pierre patine ferro-manganite rouge ;

b) Les ergs sont des dserts de sable ;

c) Les takyrs sont des dpressions argileuses, peu profondes et sans coulement, rencontres dans les dserts de l'Asie Centrale. Priodiquement submerges ; aprs vaporation de l'eau, une crote assche avec des fentes polygonales dues au desschement se forme la surface ;

d) Les sols arides crotes gypso calcaire.


1.2 - Les sols des toundras : ce sont des sols gels en permanence en profondeur (perglisol ou permafrost). La matire organique hydromorphe s'accumule en surface pour former soit de la tourbe, soit un anmoor.

2) Les sols peu volus d'rosion.

Ce sont des sols caractristiques des pentes continuellement soumises l'rosion. Les matriaux les plus fins et la matire organique disparat rapidement. On parle de rgosols lorsque ces sols s'installent sur des matriaux tendres (craies, argiles, marnes, loess, sables, etc.). On parle de lithosols lorsque ces sols se rencontrent sur des matriaux durs.

3) Les sols peu volus d'apport.

3.1 - Les sols colluviaux.

Les sols colluviaux ou de bas de pente sont forms partir des matriaux arrachs par l'rosion aux pentes situes au-dessus. Ces sols sont le plus souvent dpourvus de nappe d'eau souterraine.

3.2 - Les sols alluviaux.

Les sols alluviaux caractrisent les dpts rcents raliss par les rivires et les fleuves la faveur des crues. Le plus souvent, ces sols sont pourvus d'une nappe fortement battante (en relation avec les crues et l'tiage du cours d'eau), la texture de ces sols est anisotrope (alternance sans ordre, ni de granulomtrie, ni de nature, de divers matriaux (argiles, sables, graviers) ; une forte production d'humus doux (mull actif) sauf si les alluvions sont hydromorphes : nappe longtemps haute et faible circulation.

Les sols alluviaux sont gnralement fertiles et facile cultiver : ils sont plats, de texture lgre, riches en limons et bien aliments en eau. Les sols alluviaux hydromorphes font souvent de bonnes prairies.

B - Les sols calcimagnsiques ou calcimorphes.

Les roches calcaires ou magnsiennes, quand elles librent des quantits suffisantes de calcaire actif, sont l'origine des sols calcimagnsiques, encore appels sols calcimorphes.

On peut rappeler que le calcaire actif a quatre effets principaux sur les sols : il stimule fortement l'activit des lombrics, des bactries et des autres composantes de la pdofaune ou de la pdoflore ; il provoque un blocage prcoce de l'humification avec la formation de mull carbonat (l'humus est fortement li l'argile par un pont calcique) ; le complexe argilo humique est trs fortement flocul, ce qui donne aux sols une structure grumeleuse trs caractristique ; le fer est retenu dans les horizons suprieurs qui apparaissent trs colors.

On distingue gnralement trois types de sols calcimagnsiques que l'on classe en fonction de leur richesse en humus et de leur profil :

a) Les rendzines, humifres (horizon A unique, de 30 cm d'paisseur, color en noir sous couvert forestier, en gris sur les causses, en brun rouge si le fer est abondant : terra fusca et terra rossa) ;

b) Les sols bruns calcaires et les sols bruns calciques, peu humifres. Ce sont des sols plus profonds et surtout beaucoup plus riches, initialement, en argile que les rendzines vraies. Cette richesse en argile influe sur les processus de dcarbonatation qui sont favoriss et entretenus ;

c) Les sols humo calcaires, humo calciques et litho calciques, trs humifres. Ce sont des sols qui se forment en montagne, principalement parce que le climat humide et froid qui rgne pendant un long temps en altitude empche la dgradation de la matire organique qui s'accumule.

Les sols o abonde le calcaire actif sont des sols agricoles difficiles. Ils sont trs collants aussitt qu'il pleut et bien trop secs pendant la priode estivale. Si la matire organique est rapidement dcompose, l'humus form est tout fait indisponible. Le blocage du fer interdit pratiquement certaines cultures, par exemple, celle des fruitiers rapidement atteints de chlorose. Le pH des sols est souvent alcalin ce qui limite certaines cultures et certains microorganismes. Le phosphore est souvent bloqu pour les plantes car il se trouve sous la forme apatite peu mobilisable.

Naturellement, les sols bruns calcaires et les sols bruns calciques, parce qu'ils sont moins affects par le calcaire actif, ne prsentent pas tous les inconvnients cits et sont de trs bonnes terres pour les crales.

C - Les sols humifres dsaturs sur roche-mre cristalline.

Ces sols se caractrisent par un horizon humifre trs noir, pais, dsatur, voire acide. Cet horizon repose directement sur la roche-mre qui, si elle est une roche silicate, donne un sol nomm ranker et si elle est de nature volcanique, donne un andosol.

D'un point de vue strictement morphologique, les rankers sont assez ressemblants aux rendzines dcrites prcdemment puisque l'horizon superficiel unique se compose d'un mlange d'humus et de fragments de roches. Mais les rankers se distinguent des rendzines au fait que leur pH est acide (pH de 4.5 5) et que l'humus qu'on y trouve est de type moder, sinon de type mor.

Gnralement, on distingue trois types de rankers : les rankers d'rosion ou de pente, souvent surmonts de maigres forts de rsineux ; les rankers alpins, principalement en zone d'alpage, caractriss par un humus de type hydromor ; les rankers cryptopodzoliques, principalement en zone ctire venteuse et surmonts de landes atlantiques.

Les andosols se forment surtout sur les cendres, les scories et les laves volcaniques. Le plus souvent, la richesse en alumine de ces matriaux favorise la stabilisation de la matire organique sous forme de complexes humus - alumine.

D - Les sols brunifis : les sols bruns et les sols lessivs.

1) Les sols bruns

Les rankers, qui sont des sols jeunes, se caractrisent par un humus de type moder, c'est--dire par un humus pauvre en azote et en bases. Cet humus se lie difficilement avec les argiles no formes partir de la dsagrgation des roches sous-jacentes.

Mais mesure que l'altration de la roche-mre se poursuit dans le temps, les horizons superficiels s'enrichissent des divers cations librs (Ca++, Mg++, K+, etc.) et remonts en surface du fait essentiellement de l'activit biologique qui se produit dans cet horizon (activit microbienne et lumbricienne). Cette activit biologique, l'installation d'une vgtation plus amliorante, la dcomposition des matires organiques, l'humification et la formation d'un complexe argilo-humique concourent la transformation d'un humus de type moder en humus de type mull acide.

Progressivement, l'altration de la roche-mre libre aussi des hydroxydes de fer et d'alumine. La remonte des bases grce aux bactries et aux lombrics rend le sol moins acide. Ds lors, les ponts " alumine " entre argile et humus sont remplacs par des ponts ferriques.

L'altration de la roche-mre s'accompagne aussi de la mise en place d'un horizon plus profond trs peu imprgn par les humus de surface. Un horizon B s'intercale entre la roche-mre et l'horizon humifre A. Cet horizon B est surtout color en brun par des oxydes de fer. On parle alors de sol brun acide.

L'altration de la roche-mre continue aussi librer des bases qui contribuent rendre le sol de moins en moins acide.

Au bout d'un certain temps (plusieurs centaines, voire milliers d'annes), le sol brun acide devient un sol brun eutrophe (pH neutre) dans lequel l'humus est devenu un mull eutrophe. On parle aussi souvent de mull forestier pour la raison que cette volution de ranker sol brun acide et sol brun eutrophe se fait sous un couvert forestier qui lui est trs favorable.

Pour rsumer, on peut dire que la brunification d'un sol :


a) Passe par la libration du fer actif qui insolubilise les substances pr-humiques dans le mull forestier et forme un pont ferrique entre les argiles noformes et les humus.

b) Se produit plus favorablement sous un climat atlantique ou semi continental, tempr, humide et faible altitude ; sous une vgtation amliorante de type fort de feuillus dominants en plaine et fort mixte feuillus conifres en basse montagne.

c) Se rencontre sur diffrents matriaux : roches cristallines, magmatiques, mtamorphiques ou sdimentaires (grs, limons, alluvions) et mme sur calcaire si la roche subit une dcarbonation suffisante pour librer assez d'argiles.


L'volution du ranker au sol brun illustre bien la notion de climax pdologique pour lequel, finalement, ce n'est pas la nature de la roche-mre qui influe le plus sur le devenir d'un sol, mais le climat qui rgne sur la rgion et influe sur la vgtation qui y pousse.

En fait, la pdogense est videmment oriente initialement par la nature de la roche-mre, mais partir du moment o plusieurs horizons, suffisamment profonds isolent assez la roche-mre de la vgtation, c'est celle-ci qui va orienter la pdogense.

Dans la nature, on va ainsi pouvoir mettre en vidence que sur un type de sol, on observera toujours, dans des conditions normales, un type de vgtation ultime que l'on appelle le climax. Sur les sols bruns, en France, le climax serait la chnaie charmaie atlantique.

2) Les sols bruns lessivs.

Lorsque la couverture vgtale a disparu ou si elle est trop sollicite (incendies, coupes blanc, essartage, soutrage, trpage, dfrichage, etc.), le sol reoit directement les pluies qui le percolent, entranent un certain nombre de composants vers les horizons infrieurs (humus, sels de fer, bases, argiles, etc.). On aboutit ce que l'on appelle un sol lessiv.

Une des consquences parmi les plus importantes est la constitution d'un horizon d'accumulation de l'argile en profondeur (horizon Bt) qui a pour effet de crer une couche impermable qui favorise la mise en place d'une nappe perche plus ou moins durable sur l'anne. C'est cette couche impermable qui peut favoriser la constitution des sols hydromorphes.

Le plus souvent, les sols lessivs s'acidifient. Le mull eutrophe se transforme en moder. La matire organique, en se dcomposant, libre des acides qui acclreront la destruction du complexe humus - fer - argile. Ces acides dtruiront mme les feuillets argileux dans le cas d'une podzolisation.

Le stade le plus avanc de la dgradation des sols bruns lessivs est ralis avec les sols lessivs glossiques ou sols pseudogley. Dans l'horizon Bt d'accumulation de l'argile, en t, il se forme des fentes de retrait. En hiver, ces zones de drainage prfrentiel vont se remplir d'eau acide qui contribuera dtruire les argiles et le fer par complexolyse. L'horizon Bt va ainsi prsenter des glosses (langues) blanches entoures de concrtions de couleur rouille. Les sols pseudogley n'autorisent aucune culture. Il arrive mme que la fort n'y pousse que pauvrement. Les enrsinements sur de tels sols sont catastrophiques puisqu'ils signent leur destruction dfinitive.

E - Les sols hydromorphes ou sols gley.

Lorsqu'une nappe d'eau perche, temporaire ou permanente, affecte les couches les plus superficielles d'un sol, les conditions asphyxiques qui rgnent dans les horizons du sol le font voluer vers un sol hydromorphe.

Les sols hydromorphes sont caractriss, d'une part, par le fer qui est rduit en milieu asphyxique (couleur verte du fer ferreux) et oxyd en milieu ar (couleur rouille du fer ferrique) et, d'autre part, par la faible vitesse de dcomposition et d'humification de la matire organique qui va donc s'accumuler.

Les sols hydromorphes se forment naturellement :


a) Dans les stations basses qui subissent la battance des nappes phratiques comme les fonds de valle, les cuvettes, etc. (sols gley, tourbes).

b) Dans les stations o les sols sont trs riches en argiles lesquels s'opposent au drainage et crent les conditions requises l'hydromorphie (Plosols et planosols).

c) Dans des sols lessivs ds lors que l'entranement et l'accumulation des argiles dans l'horizon Bt cre les conditions d'une nappe perche plus ou moins permanente (sols pseudogley ou sols glossiques).


Les tourbes, les gleys et les plosols sont des climax stationnels au sens o leur existence ne dpend pas d'un climat ou d'une vgtation, mais des conditions hydrogologiques locales o l'excs d'eau prdomine.

F- Les sols podzoliss : sols podzoliques et podzols.

Lorsque les sols sont originellement filtrants, pauvres en argiles et en bases, le lessivage, quand il les atteint, se traduit par une dgradation des qualits du sol connue sous le terme de podzolisation.

La podzolisation est une tape qui suit celle du lessivage, puis celle du lessivage acide. Au cours du lessivage acide, les argiles et le fer sont entrans sparment vers les horizons infrieurs. Dans les horizons superficiels, l'humification se fait moins bien du fait du ralentissement de l'activit biologique. Les acides fulviques solubles vont prdominer.

Le moder va progressivement se transformer en mor acide. Ds lors, les acides organiques qui vont prdominer dans la dcomposition partielle et incomplte de la matire organique vont, d'une part, dtruire les ponts ferriques du complexe argilo humique et, d'autre part, dtruire les feuillets d'argile eux-mmes (complexolyse). Les sels d'alumine et de fer librs (sesquioxydes) s'accumulent dans un horizon Bs.

Dans cet horizon Bs, les acides fulviques peu colors (gris) s'accumulent galement. Les horizons superficiels ne contiennent plus que du quartz. Le sol n'a plus aucune structure grumeleuse, on dirait de la cendre d'o le nom de podzol qui veut dire cendre en Russe.

Les sols podzoliques et les podzols se forment essentiellement sous des climats froids (taga, montagnes), fortement arross (rgime atlantique) et sur des sols pauvres en argiles.

En France, les grandes rgions podzols sont la Sologne, les Landes, la Brenne, diverses stations sur quartzites en Bretagne ou en fort de Fontainebleau, sur des graves dans le Bordelais, etc.

Les sols podzoliques et les podzols sont des sols pauvres sur lesquels se dveloppe seulement une vgtation acidiphile (ricaces, rsineux, fougres, etc.). Cette vgtation acidiphile est aussi acidifiante et concoure donc accentuer la dynamique de podzolisation des sols sur lesquels elle s'installe.

Aujourd'hui la reconqute des sols podzoliss la suite de mauvaises pratiques forestires passe par le reboisement partir de mlanges d'essences de feuillus et de rsineux desquels on exclut les picas et le pins sylvestre beaucoup trop acidifiants. On leur prfrera le mlze et surtout des essences caducifolies comme le htre, le chne, le chtaignier, l'rable, etc.

Il n'est pas certain que les tentatives menes pour reconqurir des podzols ou des sols podzoliques des fins agricoles soit une bonne chose quand on sait qu'il faut la fois drainer et arroser, par exemple, pour esprer de maigres rendements en mas, seule culture, avec le fourrage, susceptible de pousser sur ces terrains.

G - Les sols isohumiques : Chernozems, Brunizems, etc.

Les sols isohumiques sont caractriss par le fait qu'ils ont une mme teneur en humus dans tout le profil au-dessus de la roche-mre laquelle est le plus souvent un loess.

Les sols isohumiques se forment sous climat continental, trs froid en hiver, trs humide pendant le dgel printanier et trs chaud et trs sec en t.

Ces sols sont peu propices l'installation des forts, mais davantage des formations graminennes de type steppes. Le chevelu racinien des gramines est particulirement favorable une forte activit biologique de dcomposition de la formidable quantit de matire organique produite. L'humification est trs intense et aboutit des humus gris trs stables. Cette stabilit est lie au fait que les sols isohumiques produisent des argiles noformes de type illite et montmorillonite. Ces argiles lgrement gonflantes pigent les hydroxydes de fer entre leurs feuillets. Les ponts argile humus ainsi forms sont particulirement stables puisque, dans les chernozems, on admet souvent que les humus de surface peuvent tre gs de plus de mille annes et de plus de cinq mille ans en profondeur.

Parmi les sols isohumiques les plus remarquables, on peut citer les chernozems (Ukraine, Russie), les castanozems ou sols chtains (Moyen-Orient, Gorgie), les brunizems (prairie nord amricaine), les sols marrons (Maghreb, Arizona), les sirozems ou sols gris dsertiques (dsert du Nguev / Jourdain, Ouzbkistan).

H - Les vertisols et les sols vertiques

Les sols vertiques sont ainsi nomms parce qu'ils sont l'objet de mouvements verticaux dtermins par le retrait et le gonflement des argiles qui les constituent. Les sols vertiques sont, en effet, des sols trs argileux, constitus d'argiles gonflantes (montmorillonite). Ces mouvements vertiques incorporent la matire organique trs profondment dans tout le profil du sol sans l'intervention d'une activit biologique.

Tous les types de sols peuvent avoir une extension " vertique " : sols bruns vertiques, chernozems vertiques, sols alluviaux vertiques, sols pseudogley vertiques, etc. Ce qui dtermine cette appellation, c'est la prsence marque des mouvements dus au gonflement / retrait des argiles. Gnralement, en t, les sols vertiques sont trs marqus en surface par d'importantes fentes de retrait. Gnralement, en hiver ou aprs une bonne pluie, le sol reste recouvert d'une couche d'eau de pluie que le sol a du mal absorber et qui s'vaporera surtout.

En Afrique, les sols vertiques sont surtout vous la culture du coton et du riz.

I - Les sols fersiallitiques, ferrugineux et ferrallitiques.

Ces sols caractrisent surtout des rgions soumises ou ayant t soumises un climat chaud. Ces sols sont le plus souvent riches en sesquioxydes de fer et d'aluminium. Ils sont gnralement colors, mais leur couleur n'est pas seulement due leur teneur en fer, mais aussi la nature des oxydes de fer prsents.

Ces sols ont un certain nombre de points en commun :


a) L'altration de la roche-mre est plus pousse et plus profonde que dans les sols sous climat tempr.

b) La matire organique y est plus rapidement dgrade. Les acides organiques librs agissent assez peu sur l'altration de la roche-mre situe trop profondment. Cette altration libre des oxydes de fer et d'alumine qui sont peu mobiliss et restent donc dans le profil sous forme de sesquioxydes (Fe2O3 et Al2O3).

c) L'oxyde de fer, au lieu de servir de lien entre l'humus et les argiles comme dans les sols sous climat tempr [hydroxyde de fer Fe(OH)2], sous climat chaud et humide a tendance cristalliser soit sous forme de goethite de couleur ocre, soit sous forme d'hmatite de couleur rouge. La goethite se forme dans les rgions plutt rgulirement humides. L'hmatite se forme plutt dans les rgions soumises une longue saison sche.

d) Tous ces sols sont trs anciens. Ils sont gs de plusieurs centaines de milliers d'annes un million d'annes. Pour comparaison, les sols en Europe n'ont gure plus de 15 ou 20 000 ans, c'est--dire qu'ils se sont construits depuis la dernire glaciation.

e) Normalement ces sols supportent des forts ou des savanes arbustives. Dans les rgions trop peu arroses pour permettre la fort, ces sols sont couverts d'une savane herbace. Mais ces sols, cause de la dynamique graminenne et l'influence de sa rhizosphre, voluent vers des sols que l'on rattache aux sols isohumiques.


1) Les sols fersiallitiques

Les sols fersiallitiques caractrisent des sols qui se forment en climat tempr chaud (climat mditerranen). Ce climat affecte les rgions mditerranennes sensu stricto, mais aussi diverses rgions comme la Californie, certaines provinces d'Australie ou d'Afrique du Sud, du Mexique, de Chine, etc.

Ces sols se forment sur tous les types de sols la condition qu'ils ne contiennent plus de carbonates. Sur les sols cristallins, a n'est pas difficile. Sur les sols calcaires, ceux-ci doivent donc avoir t dcarbonats. C'est ainsi, par exemple, les argiles de dcarbonatation formes partir des calcaires durs (terra rossa) supportent frquemment ces sols fersiallitiques.

Toutefois, les sols cristallins peu riches en Ca, Mg et Fe (quartzites, granites, etc.) n'autorisent pas les sols fersiallitiques.

Les sols fersiallitiques sont de sols peu acides. Leur formation passe par un certain nombre d'tapes :


a) L'altration des matriaux est intense pendant la saison humide.

b) Une forte remonte des bases libres se produit, par capillarit, au dbut de la saison sche.

c) L'humification, favorable un mull eutrophe, permet une fixation des bases libres sur le complexe absorbant. Ces bases sont moins sensibles au lessivage et le pH du sol reste neutre.

d) Le lessivage affecte aussi assez peu les argiles. Lorsqu'il y a un lger lessivage, les argiles s'accumulent dans un horizon Bt.

e) Les oxydes de fer cristallisent sous forme d'oxydes ferriques Fe2O3, dpourvus de charges lectriques et de facto, incapables de former des ponts entre les humus et les argiles. Ces oxydes pourtant restent dans le profil qu'ils colorent dans toute sa masse (rubfaction). Ces oxydes ne cristallisent pas en profondeur comme ils le feraient sous climat tempr.


On considre qu'il y a trois grands types de sols fersiallitiques : les sols fersiallitiques rouges ou sols rouges mditerranens (fort climacique chne vert) ; les sols bruns fersiallitiques dans lesquels la rubfaction est incomplte ou sur lesquels un processus de brunification s'est install (terra rossa fossile, dolines karstiques, etc.) ; les sols fersiallitiques acides qui font la transition avec les sols ferrugineux.

Les sols fersiallitiques sont de bons sols agricoles ou forestiers, la condition qu'ils soient protgs de l'rosion. Mais ce sont des sols fragiles, d'autant plus qu'ils sont soumis un climat rude : pluies orageuses violentes, trs forte scheresse prolonge. Diverses pratiques agricoles : surpturage, cultures sans restitution et divers mfaits comme l'incendie de la vgtation ou le dboisement fragilisent ces sols qui se retrouvent parfois dgrads jusqu' la roche-mre (Cf. maquis et garrigues).



2) Les sols ferrugineux

On pense gnralement que les sols fersiallitiques pourraient voluer vers des sols ferrugineux et des sols ferrallitiques. L'affaire n'est pas aussi simple. Évidemment, sous des climats diffrents, les sols riches en sesquioxydes sont diffrents *. Ainsi, sous climat tropical type, avec une saison sche de 8 5 mois et une saison humide de 4 7 mois et une vgtation de type savane arbustive et arbore climacique, les sols les plus anciens seront ferrugineux alors que les plus jeunes pourront encore tre fersiallitiques. Sous climat tropical humide, avec une saison des pluies de plus de 9 mois et une saison sche de moins de 3 mois, avec une fort claire climacique comme vgtation, ventuellement une savane arbustive de dgradation, on observera des sols ferrugineux, des ferrisols et des sols ferrallitiques. Sous climat quatorial, sans saison sche, avec une fort dense climacique et divers types de forts de dgradation, on observera des ferrisols, des sols ferrallitiques et des ferralites.

[* Voir aussi : Carte de sols en Afrique]

Deux processus conjoints interviennent pour transformer des sols fersiallitiques en sols ferrugineux d'abord, puis ferrallitiques pour finir : d'abord le vieillissement du sol dont ce seront les stades normaux d'volution, ensuite des modifications du climat s'il devient de plus en plus chaud et humide.

La ferrugination est une volution dans laquelle le lessivage dbarrasse les profils suprieurs des argiles sensibles au lessivage (montmorillonite) et ne laisse que celles qui sont peu sensibles (kaolinite). Les argiles sont d'autant plus sensibles au lessivage qu'elles sont plus aptes se disperser, c'est--dire qu'elles sont plus charges lectriquement. Les kaolinites sont des argiles peu charges.

La ferrugination s'accompagne de la rubfaction des oxydes de fer dans les mmes conditions que celles observes dans la fersiallisation.

3) Les sols ferrallitiques

La ferrallitisation est une volution dans laquelle tous les matriaux primaires du sol, hormis le quartz, sont altrs. Seule la kaolinite associe l'alumine rsiduelle (gibbsite) et en mlange avec les oxydes de fer, se rencontrent dans le profil. Parfois, le fer rendu mobile peut participer la fabrication de carapaces et de cuirasses ferrallitiques.

Les carapaces et les cuirasses ferrallitiques sont des indurations de sesquioxydes de fer qui cristallisent sous l'effet des tempratures leves. On parle de carapaces quand ces indurations peuvent encore tre brise la pioche et de cuirasses quand les dalles ne peuvent plus tre brises par des outils manis la seule force humaine.

Les cuirasses se forment de diffrentes faons :


a) Les cuirasses de nappe se forment quand le fer mobilis, sous forme ferreuse, affleure dans les dpressions. Le fer prcipite sous forme ferrique et cristallise sous forme de goethite ou d'hmatite. Il arrive parfois, dans des sols hydromorphes, que la prsence permanente de la nappe ne permette pas le durcissement des oxydes qui restent mous. On parle alors de plinthites.

b) Les cuirasses d'rosion se forment la suite d'une dcouverture vgtale importante comme le passage d'une fort une savane par dfrichement, feu de brousse ou tout autre raison anthropique. Sous un couvert forestier dense clair, mme si des noyaux de cuirasses se forment, l'humidit qui rgne sous le couvert empche le durcissement des cuirasses. Ce n'est plus le cas lorsque la couverture vgtale est enleve, puisque la cuirasse va pouvoir durcir dans un sol surchauff et sec. De plus, ces sols dboiss sont trs sensibles l'rosion.


On sait aujourd'hui que des pratiques agro forestires trs anciennes, connues sous le vocable de " jachre forestire ", permettaient une bonne conservation des sols, pour un temps d'exploitation relativement court (quelques annes) suivi d'une reconstitution de la fort sur une priode de 50 annes au moins. On sait aussi que si ces dlais ne sont plus respects, les sols forestiers sont trs vite dgrads de faon irrversible. C'est ce que l'on constate de plus en plus souvent sur des surfaces considrables en Afrique, Asie ou Amrique du Sud. C'est particulirement mis en vidence pour les forts primaires comme pour la fort amazonienne.

Parce que leurs rserves en bases s'appauvrissent jusqu' tre nulles, parce que leur structure devient mdiocre faute d'argile pour former des agrgats, parce qu'ils deviennent battants et sensibles l'rosion, parce qu' mesure o la kaolinite domine, leurs capacits d'change diminuent, puis cesse, parce que les phosphates sont insolubiliss en prsence des oxydes de fer et d'alumine, les sols les plus volus deviennent de moins en moins fertiles.

Ainsi on peut dire que la fertilit d'un sol diminue depuis les sols bruns eutrophes, les sols rouges fersiallitiques, les sols ferrugineux tropicaux, les ferrisols, les sols ferrallitiques jusqu'aux ferrallites.

Mme si les sols ferrallitiques sont parmi les moins fertiles, ils supportent trs bien des forts denses qui y prosprent magnifiquement. La raison est que toute la circulation de la matire est en circuit ferm. L'intense production de matire organique est rapidement dgrade et humifie. Les minraux sont ramens dans les profils superficiels par l'intense activit de la rhizosphre. Les sols protgs par la canope ne souffrent pas du lessivage en dpit des fortes prcipitations quasi quotidiennes.

Si le couvert forestier disparat au profit d'une culture, la matire organique est vite puise, l'humus est rapidement minralis et lessiv et la migration des argiles et des oxydes de fer favorise le caparaonnage des sols.

Aujourd'hui et, de plus en plus, on prconise d'associer les arbres aux cultures sur brlis, particulirement les arbres de la famille des lgumineuses dont on connat le rle des bactries symbiotiques des racines sur la nutrition azote. Idalement, il faudrait aussi compenser la disparition progressive des argiles stabilisantes par l'ajout de matires organiques, particulirement issues de l'levage. Mais, dans ces rgions, les habitudes culturelles associent rarement cultures sur brlis et levage.

Il reste encore des possibilits d'utiliser de la matire organique issue du compostage ou des semis d'engrais verts. Mais, l encore, ces habitudes sont assez mal intgres par les populations. Diffrentes autres techniques sont intressantes comme le mulching partir de branchages broys. Enfin, seules des pratiques de rotation de culture sont en mesure de garder ces sols une relative fertilit. On est souvent loin de ces pratiques dans les grandes exploitations o l'on pratique la monoculture intensive sans souci de la disparition programme terme des terres conquises sur la fort et voues la dsertification. Ce ne sont pas quelques soubresauts du prsident brsilien qui changeront fondamentalement ce qui se passe aujourd'hui sur les territoires de l'Amazonie vous la culture intensive de plantes OGM ou destines fournir des biocarburants aux pays riches.

J - Les sols salsodiques ou sols halomorphes.

Les sols salins qui contiennent du sodium sous forme de chlorure de sodium Na Cl ou de sulfate de sodium Na2SO4 et les sols sodiques qui contiennent du sodium li au complexe absorbant sont maintenant appels sols salsodiques.

Le chlorure de sodium en solution ne libre ni ion H+ ni ion OH-. Ce sel n'a aucune influence sur le pH des sols dans lesquels on le trouve. Ce n'est pas exactement ce qui se passe quand le sodium est li au complexe absorbant.


En effet, si le sol qui contient le sodium reoit des quantits significatives d'eau de pluie, qui est une eau dminralise dpourvue de cations, les ions Na quittent le complexe absorbant et sont remis en suspension au profit des ions H+ qui se fixent sur le complexe et les ions OH- qui se retrouvent dans la solution du sol qui devient alcaline.

En dehors de quelques plantes parfaitement adaptes aux sols sals et qu'on appelle halophiles, la plupart des plantes supportent mal la pression osmotique dveloppe par le sel et meurent faute de pouvoir absorber l'eau de la solution du sol. La plupart des plantes supportent aussi trs mal les pH alcalins qu'on trouve gnralement dans les sols sals.

Les principaux sols sals sont les solontchaks caractristiques des steppes et des sub dserts (anciens lacs sals, sols des lagunes proches de la mer, etc.), les sols salins sulfato-rduction (polders, mangroves), les sols alcalis (marais ctiers, marais salants), les solonetz et les soloths (rgions continentales climat trs contrast).

La salinisation des sols pose de multiples problmes graves en termes d'infertilisation des sols que l'on ne sait pas souvent rsoudre. Aujourd'hui les problmes majeurs de salinisation sont surtout dus des irrigations mal conduites et de trop forte ampleur qui provoquent la jonction entre les eaux de percolation et les eaux de la nappe sale. À la faveur de remontes capillaires dues l'vaporation et l'vapotranspiration, les eaux sales remontent vers la surface et strilisent les sols.

Si l'exemple historique de la Msopotamie (Irak) est significatif de ces processus de salinisation, un autre exemple nous est fourni aujourd'hui en Égypte qui voit bon nombre de ses sols souffrir de salinisation le long du Nil cause d'une irrigation trop forte. En outre, le traitement correctif de cette salinisation qui tait ralis par les crues du Nil n'existe plus cause du barrage d'Assouan lequel finalement, maints gards, se rvle comme une imbcillit cologique Mais fallait-il attendre autre chose de l'ami sovitique quand il faisait dj tout pour dtruire la mer d'Aral ?





Les principales familles de sols d'aprs le rfrentiel pdologique (Voir aussi horizons du sol)

1 - LES ALOCRISOLS se caractrisent par la squence d'horizons A / Sal (S aluminique). Ils correspondent l'ancienne dnomination "Sols bruns acides" et la part des "sols bruns ocreux" qui n'ont pas d'horizon podzolique BP. Certains "Rankers alpins" et "Rankers humifres" sont dsormais inclus dans la famille des ALICROSOLS HUMIQUES.

On les observe souvent sous forts ou vgtation naturelle sur roches cristallines acides altres, les "arnes" granitiques ou schisteuses du Massif Armoricain, des Vosges, du Morvan, du Massif Central.

2 - LES ANTHROPOSOLS (du grec anthropos, l'homme) sont les sols fabriqus par l'homme (apports de matriaux artificiels ou de terre transporte) ou tellement transforms par les activits humaines que le sol originel n'est plus reconnaissable ou est enterr.


2.1 Les anthroposols transforms sont issus d'un sol naturel transform par la culture ou autres activits humaines

2.2 Les anthroposols artificiels proviennent d'un apport : dblais de mines ou de carrires, dpts de dchets, scories, gravats, dcombres...

2.3 Les anthroposols reconstitus rsultent de la mise en place d'autres sols dans les jardins, espaces verts, et autres plantations.


3 - LES ARÉNOSOLS sont des sols trs sableux sur une paisseur d'au moins 120 cm. Ils ne sont pas affects par des excs d'eau.

4 - LES BRUNISOLS correspondent l'ancienne nomenclature des "Sols bruns". Ils sont caractriss par la prsence d'un horizon structural (horizon S) trs bien dvelopp, structure fissurale et biologique, jamais calcaire. Ils ne prsentent ni horizon E (lessiv) ni BT (accumulation) Les Brunisols se rencontrent surtout sous climats temprs atlantiques ou semi continentaux, chaque fois que l'illuviation (lessivage) est ralentie, notamment par la faible permabilit de la roche-mre.

5 - LES SOLS CARBONATÉS ET SATURÉS sont caractriss par la dominance des ions Ca2+ et/ou Mg2+. Cette grande famille comprend plusieurs groupes :


5.1 les RENDOSOLS correspondent aux "Rendzines" de l'ancienne classification, horizon Aca ou LAca / C ou M ou R. Un horizon O peut exister en surface.

5.2 Les RENDISOLS ne contiennent plus de carbonate, et correspondent donc aux anciennes "Rendzines brunifies" et "Sols bruns calciques", avec horizons Aci ou LAci / C ou R ou M.

5.3 Les CALCOSOLS correspondent aux anciens "sols bruns calcaires", avec horizon Aca ou LAca / Sca / C ou M ou R. Il en existe de nombreuses variantes selon le type de roche calcaire qui leur a donn naissance : Calcosol argileux issu de marne, Calcosol graveleux, ptro-calcarique, dolomiteux, pierreux, humifre, dcarbonat en surface...

5.4 Les CALCISOLS correspondent aux anciens "Sols bruns calciques", au profil dcarbonat mais encore satur par Ca2+ et/ou Mg2+. Leur profil est de type A ou Aci ou LA / Sci / C ou M ou R.

5.5 Les CALCARISOLS possdent un horizon Kc ou Km moins de 20-25 cm de profondeur, avec une paisseur de plus de 10 cm. Ils correspondent, dans l'ancienne classification, aux sols encrotements calcaires.


6 - LES COLLUVIOSOLS sont des sols forms sur les versants, dans le fond des valles, au pied de grands talus ou terrasses, sur des boulis ou colluvions. Ils correspondent aux "sols peu volus d'origine colluviale" de l'ancienne nomenclature.

7 - LES FLUVIOSOLS et THALASSOSOLS se forment sur les dpts fluviaux ou marins, les grves alluviales et autres dpts ctiers, parfois lagunes assches.

8 - LES HISTOSOLS correspondent aux "tourbes", sols hydromorphes organiques. Ils comportent de nombreux sous-types : les histosols leptiques, fibriques, msiques, sapriques, composites, recouverts, flottants... selon leur vgtation, la nature des eaux et des roches qui les portent, le degr d'aration...

9 - LES SOLS A CARACTÈRES HYDROMORPHES comportent tous un horizon rductique (Gr et Go, ou rdoxique g ou -g). Une trs grande famille o l'on trouve :


9.1 Les RÉDUCTISOLS correspondant aux sols hydromorphes gley ou stagnogley. Plusieurs types :


a) Rductisols typiques saturation permanente remontant avec la saison, sols de fonds de valles ;

b) Rductisols stagniques saturation prolonge de surface (nappe perche ou imbibition capillaire de l'horizon A).

c) Rductisols dupliques, rsultant de 2 nappes superposes, une nappe profonde permanente et une nappe perche temporaire ou semi permanente (ou d'imbibition capillaire).


9.2 Les RÉDOXISOLS possdent un horizon g ou -g traduisant les alternances de priodes humides et sches, avec remonte et redescente de la nappe. Ils sont trs frquents et correspondent aux anciennes dnomitations de sols pseudogley.


10 - LES LITHOSOLS sont limits en profondeur par un matriau dur, roche non altre ou horizon pdologique durci 10 cm de la surface ou moins.

11- LES LUVISOLS correspondent la grande famille des sols lessivs et bruns lessivs. Ds sont caractriss par l'illuviation (lessivage) de l'argile, et prsentent donc un horizon E appauvri, et un horizon BT enrichi. De plus, d'autres horizons sont possibles : O, A, LA, LE, LBT, Btg,... De nombreux sous-types : Luvisol typique, Luvisol-rdoxisol, Luvisol dgrad, Noluvisol, etc.

12 - LES ORGANOSOLS sont constitus uniquement d'un horizon organique O et/ou d'un horizon A semi organique, en milieu arobie, sur plus de 10 cm d'paisseur. La version sur roche calcaire de ces organosols correspond aux anciens "sols humiques carbonats". Il existe aussi des organosols calciques, insaturs, organosols-alocrisols...

13 - LES PÉLOSOLS sont tellement riches en argile et en limons fins que leurs caractristiques pdologiques en sont affectes profondment.

14 - LES PEYROSOLS sont ceux dont la texture pierreuse et caillouteuse est telle que leur pdologie en est affecte. On parle de peyrosol pierrique, cailloutique, avec des versions calcaire, humifre, fersiallitique...

15 - LES PLANOSOLS ont un profil trs contrast dans lequel on distingue :


a) des horizons suprieurs permables, saisonnirement soumis l'excs d'eau, avec des caractres rdoxiques (-g).

b) un horizon plus profond dont la permabilit est trs faible ou nulle, le "plancher".


16 - LES PODZOSOLS correspondent la grande famille des "podzols" et "sols podzoliques", caractrises par :


a) une forte altration acide (Tacido-complexolyse) qui dgrade les argiles ;

b) une migration intense avec immobilisation en profondeur, de constituants organiques, de complexes organo-minraux d'aluminium et/ou de fer.


Comme dans l'ancienne nomenclature, les sous-types sont nombreux :


16.1 Podzosolsduriques, meubles, placiquesluviques, correspondant aux anciens "podzols"

16.2 Podzosols ocriques correspondant aux sols ocre-podzoliques;

16.3 Podzosols rdoxiques et rductiques corespondant aux podzols hydromorphes.

16.4 Arnosols podzoliss et Podzosols juvniles correspondant aux sols podzoliques.


16 - LES RANKOSOLS corespondent aux "Rankers" de l'ancienne nomenclature, sols peu diffrencis qui se forment en altitude ou sur pentes rajeunies continuellement par l'rosion.

17- LES REGOSOLS sont des sols trs minces sur matriau non ou peu volu. On trouve des rgosols sur dunes, plages, ergs des dserts, sur colluvions, carrires," badlands" de ravinement...

18 - LES VERACRISOLS dsignent des sols de landes ajoncs prsentant un horizon humifre particulier, trs pais et sombre, form par l'action principale des vers de terre sous un climat doux et humide, dans des conditions trs acides avec engorgement frquent, conditions se rencontrant dans le Bam, sur les landes ajoncs ou "Touyas", d'o le nom de " Touyasols" envisag. Mais l'on a prfr VER-ACRISOL pour souligner l'action des vers de terre.

19 - D'AUTRES SOLS DU RÉFÉRENTIEL.

Outre les "principaux sols d'Europe", le rfrentiel pdologique traite aussi des sols prsents non seulement aux marges mridionales et orientales de ce continent, mais aussi des sols rpandus largement au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, etc.

Il s'agit surtout des sols suivants :

. Les CRYOSOLS, des rgions geles une grande partie de l'anne.

. Les FERSIALSOLS pdognse lie aux liaisons argile-fer-aluminium, sous climats mditerranens et tropicaux.

. Les FERRALLISOLS, anciennement "Sols ferrallitiques", sols des rgions tropicales.

. Les GYPSOSOLS, domins par l'abondance du gypse ; . Les sols SALSODIQUES lis au sodium et au sel.

. Les CHERNOSOLS, CASTANOSOLS, BRUNIZEMS et SOLS MARRONS, forms sous climat fortement continentaux.

. Les YERMOSOLS sols des dserts chauds. . Etc.
  • crazy dz

(Tags)
typologie

« | »

: 1 ( 0 1)
 
:




Le Traitement Des Sols .. Cour et Livre walidtr13 1 02-22-2014 03:08 PM


01:22 PM


.Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd