.. , , ,

Biologie Animale

Biologie Animale Chapitre 1 : Les Protozoaires. Les protozoaires furent observs pour la premire fois il y a 300 ans. Ce sont des unicellulaires, mobiles au moins un

 
10-21-2014, 10:56 AM #1
crazy dz
 
: Aug 2014
: 1,395
Biologie Animale
Chapitre 1 :
Les Protozoaires.


Les protozoaires furent observs pour la premire fois il y a 300 ans. Ce sont des unicellulaires, mobiles au moins un stade de leur dveloppement. Aujourdhui, ils sont placs dans le rgne des protistes.

I\ Le rgne des protistes.

Les protistes sont des unicellulaires et la structure dune amibe, par exemple, est comparable nimporter quelle cellule eucaryote : ce sont des organismes autonomes assurant toutes leurs fonctions vitales ce sont des cellules totipotentes.
Par consquent, une cellule protiste nest pas comparable une cellule de mtazoaire mais un mtazoaire en intgralit.

A\ Protozoaires = Animaux ?

Les unicellulaires autotrophes sont placs parmi les vgtaux alors que les unicellulaires htrotrophes sont rapprochs des animaux.
On peut donc distinguer :
- Les protophytes (affinit vgtale) : ils ont un pigment pour la photosynthse qui assure lautotrophie. Ils possdent aussi des constituants des cellules vgtales comme lamidon et la cellulose.
- Les protozoaires : Ils doivent se procurer les substances vitales dans lenvironnement. Ce sont les animaux les plus simples.
- Les formes intermdiaires. Exemple : Euglena. Euglena possde des chloroplastes mais si elle est leve lobscurit, elle devient un htrotrophe irrversible.

B\ Distribution des protozoaires et importance cologique.

Malgr la simplicit de leur organisation, la structure protozoaire est russie car la vie protozoaire est prsente sous tous les climats et dans tous les habitats. On peut les trouver :
- A ltat libre (en milieu aqueux ou humide).
- Comme parasite (maladie).
- Comme symbiote.

La modification dun plan structural de base, en vue de rendre les protozoaires capables doccuper tous les habitats et de nombreux modes de vie est appele radiation adaptative.
Cette radiation adaptative permet de rduire la comptition entre des animaux semblables lorigine, ce qui permet laccroissement de la diversit.


II\ Morphologie et structure des protozoaires.

A\ Taille.

Les protozoaires ont une taille comprise entre 1 et 600m. Les plus petits sont les sporozoaires ainsi que certains parasites intracellulaires. Les plus grands sont les amibes qui peuvent atteindre jusqu 5mm.

B\ Structure.

Les protozoaires possdent tous les constituants classiques de la cellule eucaryote (organites spcifiques) :
- Membrane lipoprotique mince : plasmalemme.
- Membrane lipoprotique parfois double dune enveloppe superficielle. Cette membrane a un rle de protection contre les agressions et la dshydratation. Lorsque cette dernire est bien dveloppe, on peut trouver une membrane cellulosique, calcaire, siliceuse. On gnral, on parme de test, de coque, de lorica, de loge
- Lappareil de Golgi (synthse de membrane). On trouve, ce niveau, des diffrences. On observe des empilements de saccules qui forment les dictyosomes. Chez les flagells, on trouve des dictyosomes trs volumineux (ou appareil parabasal) qui ont un rle dans la scrtion et lemballage.
- Le noyau. Chez les protozoaires, le noyau est souvent plurinucl mais seulement pendant un tat transitoire (division du cytoplasme en autant dindividus quil y a de noyaux). On trouve toutefois des protozoaires avec constamment deux noyaux : les cilis (exemple : paramcies) qui possdent un macronuclus et un micronuclus.
- Les cils et flagelles. Ils ont la mme structure chez les protozoaires et les mtazoaires (spermatozodes). Les cils sont courts et nombreux (5 15m) ; les flagelles sont plus rares et longs (150 200m).
- Le cytosquelette. Il est trs dvelopp et constitu par des microfilaments ou des microtubules. Les microfilaments sont constitus dactine (protine) et jouent un rle dans les mouvements (contractions) de la cellule. Parfois, la cellule renferme, le long de son plus grand axe, une structure rigide, laxostyle ou baguette qui est un faisceau de microtubules.
- Les trichocystes. On les trouve chez les cilis, la priphrie du cytoplasme. Ce sont des dispositifs de dfense et dattaque. Ce sont des petits dards gorgs de toxine. Ils jaillissent lextrmit dun petit filament pour tuer ou paralyser les proies.

III\ Classification.

La classification des protozoaires a subit de nombreux remaniements ces dernires annes. La principale discrimination se fait en fonction de lappareil locomoteur.
On trouve quatre embranchements.

A\ Les Sarcomastigophores.

1\ Les Flagells.
Ils ralisent leurs dplacements grce des flagelles. Au cours du cycle, il ny a pas de spore. La reproduction sexue est rare.
2\ Les Rhizopodes.

Ils sont dpourvus de cil ou de flagelle. Ils se dplacent grce des pseudopodes qui servent aussi la capture des proies. La reproduction sexue, dans ce groupe, nest connue que chez les foraminifres.

3\ Les Actinopodes.

Ils ont des pseudopodes disposition rayonnante, soutenus par des filaments rigides (axopode). Leur forme est gnralement sphrique.

B\ Les Apicomplexes / Sporozoaires.

Ils mettent des spores flagelles pendant leur cycle reproducteur. Ils nont pas dappareil locomoteur. Ils sont gnralement transmis par un vecteur (moustique). Exemple : Plasmodium falsiparum (paludisme).

C\ Les Cilis (ou Ciliophores, ou Infusoires).

Ils prsentent des cils la surface de la cellule. Ils ont deux noyaux. Ils prsentent divers modes de vie : libre (paramcie) ; fix par un pdoncule ; symbiote ; parasites (peu nombreux).

D\ Les myxozoaires.

Ce sont des parasites de vertbrs, dont les poissons. En dbut de cycle, ils prsentent une forme amibode qui volue vers un plasmode plurinucl : ils donneront une tumeur chez lhte. Le plasmode plurinucl pourra aussi donner des spores complexes entoures dune enveloppe de plusieurs cellules valvaires et donner finalement un germe pluricellulaire et plurinucl.


IV\ Biologie des protozoaires.

A\ La locomotion.

Le mouvement orient permet la recherche de nourriture, dun abri, dun nouvel habitat, dun partenaire sexuel. On trouve trois types dappareils locomoteurs.

1\ Les pseudopodes.

Les pseudopodes sont des extensions cytoplasmiques temporaires pour la locomotion et la capture des proies. En gnral, des pseudopodes se rtractent pendant que dautres se forment. Quatre formes de pseudopodes existent.



a\ Les lobopodes.
Ce sont des formes de digitation arrondie. Ils sont larges et courts, contiennent un endoplasme et un ectoplasme (priphrique). Les protozoaires prsentant des lobopodes sont les amibes polypodiales (plusieurs pseudopodes) et les amibes monopodiales (un pseudopode).

b\ Les filopodes.

On trouve des filopodes chez les thcamoebiens (Difflugia). Ce sont des pseudopodes fins, parfois ramifis mais qui pointent toujours une extrmit de la cellule. Ils sont incapables de sanastomoser.

d\ Les rticulopodes.

On les trouve chez les foraminifres. Ils sont fins, trs ramifis, se rejoignent pour constituer un rseau et mme, les rticulopodes de plusieurs cellules peuvent se rejoindre et donner un rticulum multicellulaire ( filet pour piger les proies). Exemple : Elphidium.

g\ Les axopodes.
Ce sont des prolongements cytoplasmiques, disposition rayonnante o chacun est soutenu par un filament axial (axonme) caractristique des actinopodes.

e\ Formation du pseudopode.

La formation du pseudopode rsulte de lexistence de courants cytoplasmiques. Juste sous la membrane, on a une zone claire ; dans la zone interne, on trouve un endoplasme granuleux. Le plasmagel (ectoplasme) est un gel. Le plasmasol est interne et beaucoup plus fluide que le plasmagel.
La plasmagel applique une pression constante sur le plasmasol. Si en un point de la cellule, le plasmagel est insuffisant, le plasmasol va faire irruption et envahir le pseudopode en extension.
Quand le plasmasol atteint lextrmit du tube, il fait demi-tour et se transforme en plasmagel. Trs rapidement, lextrmit du plasmasol se forme une couche rtentrice qui arrte le mouvement.
Cest le dplacement caractristique des amibes nues. Leur dplacement est lent (2cm/H).
2\ Cils et flagelles.

Les cils et flagelles sont permanents, en position fixe. Selon les cas, on les trouve sur toute la surface du corps ou localiss. Ils ne sont efficaces quen milieu fluide.

a\ La locomotion par flagelles.

Ce type de locomotion caractrise les flagells mais elle est aussi prsente chez les spores et les microgamtes. Chez les flagells, elle persiste chez les adultes. Les autres formes les perdent (cils et/ou flagelles) si elles senkystent.



La contraction du flagelle est une ondulation qui commence la base et qui progresse vers lextrmit.
En gnral, le dplacement se fait flagelle en avant, et la cellule semble tracte par son flagelle : cest un mouvement de tractelle.
Si londe dondulation va de lextrmit vers la base, la cellule est alors pousse et cest un mouvement de pulselle que lon observe (cas des spermatozodes).
En orientant le flagelle, il y a changement de direction.
Les flagelles permettent aussi un dplacement en latral. Londe de courbure peut tre plane ou tridimensionnelle. Dans le denier cas, le flagelle fonctionne comme une hlice, mais provoque la rotation du corps autour de son axe.

b\ La locomotion ciliaire.

Les cils se prsentent sous forme de ranges, la surface du corps.
Ils ont deux phases, effective et de recouvrement :
- Phase effective. Cette phase ralise la pousse. Le cil se raidie et se courbe sa base pour donner un coup de fouet dans le plan de la range. Ce mouvement produit une impulsion. La direction de battement peut tre inverse tous moments.
- Phase de recouvrement (ou de rcupration). Le cil retrouve sa position initiale. Il devient flasque et quitte le plan de mouvement pour se coucher sur le ct : pas de rsistance leau.
Quand il y a synchronie, tous les cils battent en mme temps. Le plus souvent, le mouvement des cils est synchronis avec les ondes locomotrices qui parcourent le corps : cest la mtachronie . Les cils battent selon une squence qui commence en un point et se propage sur le reste de la surface comme une vague.
Londe locomotrice amliore lefficacit du cil.
La surface est lgrement oblique par rapport au corps et londe parcourt un trajet en spirale autour de la cellule. Les ciliaires se dplacent en senroulant autour dun axe. Les paramcies se dplacent 60cm/H.

d\ Autres dispositifs.

- Les cils buccaux : ils entranent les aliments vers la bouche.
- Les cils somatiques : ils servent la locomotion.
Chez les cilis hypotriches (Stylonychia), on trouve des groupes de 5 7 cils qui sassocient en petites touffes pour former des cirres. Dans ce cas, les cirres supportent le corps et permettent un dplacement sur substrat solide.

e\ Membranes ondulantes. Exemple chez un flagell : Trypanosoma.

Chez Trypanosoma, le flagelle est repli le long du corps cellulaire, et, entre la membrane cellulaire et le flagelle, se forment des points daccolement qui crent une vritable membrane ondulante (prolongement de la membrane cytoplasmique).
Lextrmit du flagelle est libre. Ce sont ses ondulations qui font bouger la membrane.

B\ Nutrition.

1\ La prise de nourriture.

On trouve quelques saprophytes qui vont directement absorber les composs au travers de leur paroi : le systme nutritionnel dgnre.
Les autres sont des holozoques. Ils se nourrissent de nourriture solide (par prdation ou filtration).

a\ La prdation.

Les protozoaires pratiquant la prdation sont trs mobiles. Par exemple, une amibe eut attraper une paramcie : plusieurs lobopodes participent la prdation. La proie est ingrable en nimporte quel point du corps. Les pseudopodes servent capturer la proie.
Il y a ensuite libration de substance toxique pour immobiliser la proie, puis, mise en place dune vacuole digestive.
Les paramcies ont une bouche (le cytostome), situe au fond dun entonnoir cili (le cytopharynx).
Lentonnoir est garni de cils qui, en battant, dirigent les proies vers la bouche. Le cytopharynx a un grand nombre de trichocystes qui paralysent les proies. Ces dernires sont ensuite amenes dans la vacuole digestive.

b\ Filtration ou pigeage .
Ce mode de nutrition est souvent rserv aux organismes sessiles (fixs), par exemple, Vorticelles (pritriche) : sa couronne de cils, par des battements, cre des tourbillons qui amnent les particules dans la bouche. Au fond du cytopharynx, il y a formation dune vsicule digestive. La nourriture entre dans la cellule par endocytose.
Chez les choanoflagells coloniaux, le flagelle bat et entrane leau vers la collerette.
Chez les organismes libres comme les Actinopodes flottants, il y a augmentation du rayon daction par de nombreux axopodes rayonnant.
Chez les foraminifres, les rticulopodes ramifis sanastomosent et forment ainsi un pige petits organismes.

2\ La digestion.

La vacuole digestive est lorganite permettant la digestion intracellulaire. Celle-ci drive du plasmalemme. Les enzymes digrent les lments phagocyts. Il ne reste plus que les dchets non assimilables (dans la vacuole).
Ce sont les courants deau plasmique (ou cyclose) qui favorisent le trajet des vacuoles digestives. Au rajet nest dfini, sauf chez les cilis. L, la vacuole a un trajet dfini de sorte que la position de cette vacuole renseigne sur ltat de digestion des lments ingrs.
Pendant le trajet, il y a une srie dinterventions denzymes, favorises par les variations de pH.
Au dbut, le pH est neutre. Il devient ensuite acide (entre 3 et 4,5) puis remonte pour redevenir neutre la fin du processus digestif.

3\ Egestion.

La vacuole alimentaire entre en contact avec le plasmalemme et les dchets sont vacus par exocytose. Chez les cilis, lexocytose se fait toujours au mme point : on parle alors danus ou de cytoprocte .
Chez les amibes, la technique est diffrente. Les vacuoles uses saccumulent dans une queue (lurode) quelles tranent puis qui est abandonne.

C\ Respiration et circulation.

La majorit des protozoaires est arobie (les anarobies sont indpendants de lO2). Les protozoaires arobies nont pas dorganites spcialiss pour la respiration ; il y a diffusion dO2 par la paroi cellulaire.
Les cils et flagelles, par leurs battements, favorisent les changes.

La circulation est assure par les courants cytoplasmiques ; le transport tant favoris par les dformations de la cellule.

D\ Excrtion et osmorgulation.

Ces deux fonctions (excrtion et osmorgulation) sont lies.
Les paramcies, leurs deux extrmits, possdent des vacuoles pulsatiles. Elles battent en opposition de phase. Quand une est en diastole, lautre est en systole. Elles vacuent, par une ouverture temporaire de la membrane, leau qui entre par osmose dans la cellule, partir dun milieu hypotonique (eau douce). Leur rle est de maintenir la pression osmotique.
Si les paramcies sont dans un milieu isotonique, les pulsations sarrtent. Les vacuoles nexistent pas chez les protozoaires marins et parasites.

Les dchets solubles sont vacus avec leau rejete par les vacuoles pulsatiles (en partie). La plus forte partie de lexcrtion est assure par la membrane ( son travers), sans intervention dorganite.
Tout le tour de la cellule est en contact avec leau, ce qui facilite les passages.

Quand les protines sont dgrades, les dchets sont de type azots : les protozoaires sont dits ammoniotliques. Les vacuoles digestives participent lexocytose.

E\ La reproduction.

Il existe deux types de reproduction chez les protozoaires : la multiplication asexue et la reproduction sexue.


1\ La multiplication asexue.

Cest le mode le plus rpandu chez les protozoaires, surtout quand les conditions du milieu sont dfavorables. Certains protozoaires ne pratiquent que cette mthode de multiplication.
La multiplication asexue nimplique quun seul parent : tous les descendants seront donc identiques. Il existe alors un risque si le milieu est modifi (devient dfavorable).

a\ La fission binaire.

La cellule se divise en deux. Cest le type le plus courant (les protozoaires prsentent deux trois fissions binaires par jour). La fission peut tre non oriente (comme chez les amibes [animaux sans forme prcise]), longitudinale chez les flagells (Trypanosoma) ou transversale chez les paramcies (cilis).
Il peut y avoir division du noyau sans division du cytoplasme : on obtient alors une forme transitoire ou rsistante (Amoeba binucleata).
Si lon trouve un grand nombre de noyaux, on parle de syncytium.

b\ Le bourgeonnement (ou gemmiparit).

Il y a apparition la surface cellulaire dun bourgeon exogne, suivie dune division nuclaire, capable de constituer un individu complet qui se dtache de lindividu souche. Cest une fission binaire ingale.
Un bourgeonnement dans le cytoplasme est appel bourgeonnement endogne.

d\ Les divisions multiples ou schizogonie.

Cest un phnomne courant chez les sporozoaires, qui existe chez les foraminifres. Il y a une division rpte du noyau puis des divisions du cytoplasme qui forment autant dindividus quil y a de noyaux.
Une masse de cytoplasme va tre abandonne, puis meurt.

2\ La reproduction sexue.

Il y a formation de cellules spcialises (les gamtes) qui suniront en donnant un uf (le zygote). Ce dernier est semblable morphologiquement aux parents mais gntiquement unique.
La reproduction sexue assure une variabilit gntique de la population et donc, augmente la rsistance de lespce aux conditions du milieu.

a\ Lhtrogamie.

On trouve deux types de gamtes. Cest le mode de reproduction le plus rpandu chez les protozoaires (reproduction amphimitique) car elle fait intervenir deux gniteurs. Il existe deux phases :
- La gamtogamie : cest la formation des gamtes qui sont soit identiques morphologiquement (= isogamie, chez les foraminifres), soit diffrentes morphologiquement (= anisogamie, chez des sporozoaires). Lisogamie existe chez les protozoaires les plus primitifs.
- La gamontogamie : cest lappariement des deux gamontes (mle et femelle) sans passer par un vritable gamte (les gamontes donnent les gamtes).

b\ La conjugaison (uniquement chez les cilis) ; exemple de la paramcie.
Cest une fcondation rciproque de deux individus accoupls qui changent une partie de leur matriel nuclaire. Chaque conjuguant devient un vrai zygote. Il y a change de noyaux haplodes dont la fusion rtablie la diplodie.
- Accolement au niveau du pristome les macronuclus dgnrent.
- Les micronuclus subissent une division quationnelle deux cellules noyau diplode.
- Une division rductionnelle deux cellules quatre noyaux haplodes Les pronucli.
- Trois pronucli par cellule dgnrent. Le quatrime subit une mitose et donne deux noyaux haplodes par cellule : ce sont des noyaux de fcondation (un mle et un femelle par cellule).
- Echange des noyaux mles.
- Dans chaque cellule, les pronucli fusionnent : cest la fcondation.
- On obtient deux zygotes : le syncaryon.

Ensuite, il y a plusieurs divisions post-conjugaison qui rtablissent le complment nuclaire dont, la reformation du macronuclus dans chaque cellule fille.

d\ Lautogamie.

Lautogamie est un mode de reproduction automictique : nimplique quun parent. Ce nest pas une multiplication bien quun individu donne un individu. Cest un rajeunissement gntique de lindividu. On rencontre cette reproduction chez certains cilis, foraminifres et hliozoaires (actinopodes).
Exemple du cycle dActinophys.
- Il rentre ses pseudopodes et senkyste.
- Il se divise et donne deux gamontes (un mle et un femelle).
- Les gamontes donnent des gamtes.
- Les gamtes fusionnent en un seul individu.
Cest un peu une modification de la conjugaison avec une simple redistribution des gnes.

3\ Les cycles.

On distingue trois types de cycles schmatiques biologiques des protozoaires.

a\ Cycle haplobiontique.

La phase haplode est longue. Seul le zygote est ltat diplode. La rduction chromosomique est immdiate.

b\ Cycle haplodiplobiontique.

Il y a alternance des phases haplode et diplode qui sont quivalentes en dure.
La miose a lieu la fin de la vie de lorganisme diplode Lalternance de phase est une alternance de gnration.

Exemple dElphydium crispum (foraminifre).
La gnration diplode prsente un individu microsphrique alors que la gnration haplode montre un individu macrosphrique.

d\ Cycle diplobiontique.

Les individus sont diplodes. La miose intervient lors de la gamtogense ou pendant la rencontre des individus chez les cilis.


V\ Association avec dautres organismes.

Les protozoaires pizoques vivent fixs sur des plantes ou sur des animaux (sur la surface corporelle). Pour la nutrition, ils sont indpendants de lhte.

Les protozoaires endozoques (qui vivent dans un autre organisme).
Ils sont totalement dpendants de leur hte. On les trouve dans les organes creux, dans les tissus ou dans les cellules.
On distingue deux cas :

- Mutualisme et symbiose.
- Parasitisme.

A\ Mutualisme et symbiose.

Les protozoaires entretiennent un rapport bnfice rciproque avec leur hte. On dtaille deux cas :
Exemples dassociation tripartite : protozoaire + bactries + termite et protozoaire + bactries + mammifres ruminants.
Dans tous les cas, les symbiotes sont localiss dans un segment du tube digestif qui devient une chambre de fermentation.
1\ Association avec les termites.
Les termites sont xylophages et ont par consquent, un rgime alimentaire pauvre en lments azots. Il se forme une chambre de fermentation dans un diverticule du proctodum : la panse rectale.
Cette panse abrite une faune importante de Trichonympha et de bactries. Trichonympha a un aspect piriforme. La partie apicale forme un rostre qui porte de nombreux flagelles. Ces protozoaires possdent lquipement enzymatique ncessaire qui permet la digestion de la cellulose (les termites en sont dpourvus).
Les termites concassent le bois en fragments phagocyts par les Trichonympha, puis, digrent la cellulose et rejettent de la lignine.
Au centre de ces cellules de protozoaires, on trouve un trs grand nombre de bactries qui entourent laxostyle et les fragments de bois. Les bactries dgradent les dchets puriques, ce qui restitue de lazote aux termites.
Un termite sans Trichonympha meurt.

Lintrt pour le protozoaire est quil est abrit par linsecte et aliment en aliments dj mchs. Cette symbiose est constante chez les termites et chez certaines blattes.
Le compartiment proctodal du termite est soumis aux mues perte des protozoaires. Le termite doit r-ensemencer son tube digestif en ingrant sa dpouille ou en qumandant des gouttelettes du contenu rectal dun congnre.

2\ Association avec les mammifres ruminants.

Les protozoaires sont capables de digrer la cellulose alors que les mammifres en sont incapables. La digestion de cette matire se fait donc dans un estomac compartiment en quatre chambres digestives (panse, bonnet, feuillet, caillette). La panse est la chambre de fermentation. Chez le buf, elle peut atteindre 250 litres. On y trouve 1011 bactries/mL et 106 cilis/mL. Les bactries digrent aussi la lignine. Les protozoaires sont anarobies.
Les cilis phagocytent la lignine mais aussi les bactries. Le buf digre de grandes quantits de cilis et de bactries.
On considre quun buf digre 1kg 1,5kg de bactries et de cilis par jour.
Les ruminants sont un groupe prospre : leur russite est sans doute lie cette association symbiotique.

B\ Le parasitisme.

Un parasite est un organisme qui vit au dpend dun autre tre vivant. Pour le parasite, lassociation est obligatoire.
1\ Parasitisme chez les flagells.

Exemple des Trypanosomides (reproduction sexue inconnue).
Ils sattaquent lHomme et au btail. Certains se dveloppent dans les parties antrieures du tube digestif dun insecte piqueur. Cest le cas de Trypanosoma brucei gambience et de Trypanosoma brucei rodhsience. Ils provoquent la maladie du sommeil et svissent soit en Rhodsie, soit en Gambie. Ils sont transmis par la mouche ts-ts ou Glossine. La transmission se fait par piqre.
Le trypanosome peut vivre aussi chez des mammifres sans les inquiter (porteurs sains) tels les antilopes et les porcs : ce sont des rservoirs virus.

Exemple de Leishmania aethiopica.
Ce dernier est transmis par un petit moustique. Ses rservoirs virus sont les chiens et les rongeurs. Quand lHomme est piqu, le flagell pullule au point dinoculation. Altration cutane (le bouton dorient) qui laisse des traces indlbiles. On trouve ce parasite en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Exemple des Trychomonadine.
Ils ont une forme en amande et portent 4 5 flagelles rpartis en une petite touffe apicale et un flagelle formant une membrane ondulante.
Le cas de Trichomonas lis. Cest un parasite du tractus uro-gnital. Chez la femme il provoque un dsquilibre de ce tractus : inflammations ou vaginites.
La transmission lhomme se fait par voie sexuelle et ils sinstallent dans lurtre et la prostate o ils donnent des kystes. Ils peuvent survivrent plusieurs heures sur des linges souills Ce qui explique la vaginite de la vierge .
Chez lhomme, ils sont responsables de 15% des inflammations de lurtre.

2\ Parasitisme chez les rhizopodes.

Exemple dun amibe : Entamoeba histolyca. (Amibe monopodial).
On ingre un kyste avec de leau ou des lgumes souills par des excrments humains. Le dkystement se fait dans le gros intestin.
Il existe deux formes dEntamoeba histolyca : une forme non pathogne (minuta) qui se nourrit de bactries et damidon ; un forme pathogne qui va perforer les capillaires sanguins et scrter des enzymes histolytiques qui provoquent des ulcres du colon. Il y a dclenchement dune dysenterie amibienne caractrise par des douleurs abdominales et des diarrhes sanguinolentes. Ces amibes peuvent ensuite gagner le foie, le cerveau, les poumons en passant par le sang. On les trouve dans les zones tropicales.
3\ Parasitisme chez les sporozoaires.

Les sporozoaires sont tous parasites. Leur cycle est caractris par lalternance dune phase asexue (schizogonie) et dune phase sexue (gamogonie). La schizogonie se droule lors de linfestation de lhte. La gamogonie permet la transmission dun hte lautre.

Le cycle dbute avec le sporozote (qui contamine lhte dfinitif) qui donne un trophozote. Il y a ensuite multiplication des noyaux, divisions du cytoplasme, ce qui entrane lapparition dautant de schiphozotes quil y a de noyaux. Les schiphozotes saccroissent pour donner les gamontes (gamogonie).
Les gamontes femelles saccroissent pour voluer en macrogamtes. Les gamontes males subissent la gamogonie (division du noyau puis du cytoplasme) : au final, on a alors un grand nombre de gamtes males.
Lanisogamie est de rgle.
La fusion des gamtes donne un zygote (diplode) qui subit de suite la miose.
La phase de sporogonie est caractrise par des multiplications du noyau Il y a libration dun grand nombre de spores. Ces dernires donneront les sporozotes.

On observe deux principaux groupes : les Coccidies (de petite taille) et les Grgarines (de grande taille).

a\ Exemple de Coccidie monoxme (maladie du gros ventre chez les lapins).

Le lapin sinfeste en mangeant de lherbe souille. Les spores ingres arrivent dans le tube digestif et librent des sporozotes qui entrent dans les cellules intestinales. Les sporozotes se multiplient et vont infester dautres cellules intestinales.
La fcondation a lieu dans la lumire du tube digestif. Les zygotes sentourent dune membrane paisse : ce sont les spores. Le tout est rejet avec les excrments.




b\ Exemple de Coccidie dixne.

Les htes dfinitifs sont les flids (chat, puma, jaguar). Aprs ingestion, il y a infestation des cellules intestinales, puis, multiplication par schizogonie. Les cellules intestinales vont clater et librer des sporozotes qui parasiteront dautres cellules. Les gamontes males et femelles vont fusionner pour former un zygote (oocyste) qui sera vacu avec la matire fcale.
Dans le milieu extrieur se produit la miose. Loocyste donne deux sporocystes contenant chacun 4 sporozotes. Le pouvoir infectieux va de 30 jours sec, 1 an en milieu humide.
Le passage lhte intermdiaire est possible. Il y a enkystement dans les muscles.

Le passage lHomme se fait par des lgumes souills ou par le buf, le porc, le mouton mais lHomme nest pas lhte dfinitif. Sil y a prolifration des kystes, elle se fait au niveau des viscres, des poumons, des muscles et de lencphale.

La transmission congnitale est possible par voie placentaire. Si la contamination se fait durant le premier trimestre, il y a un risque davortement ou de malformation. Aprs ce premier trimestre, la contamination sera dtectable par des signes dinfection gnralise la naissance.

d\ Coccidie htroxne (paludisme).

Le paludisme tue chaque anne 2,5 millions de personnes.
La schizogonie a lieu chez lHomme. La gamogonie et la sporogonie se font chez le moustique (anophle). Les symptmes sont des accs de fivre toutes les 48 heures, dues lclatement des globules rouges et la libration de protines et du parasite dans le plasma.

e\ Les Grgarines.

Les Grgarines parasitent les tubes digestifs dinvertbrs (annlides et insectes). Le trophozote est mobile (pour un dplacement dans lintestin).

Exemple de Stylocephalus langicollis.
Cest un parasite dun coloptre du genre blaps.
Linfestation se fait par consommation de spores abandonnes par un individu atteint.
Dans les phases 1 3, le parasite sincruste dans le cytoplasme des cellules de la paroi de lintestin. Rapidement, le trophozote se diffrencie en trois parties :
- Une partie troite, termine en suoir enfonce dans les cellules intestinales : lpimrite.
- La partie moyenne : le protomrite.
- La partie externe : le deutomrite. Il renferme la plus grande partie du cytoplasme et le noyau.
Le dpart se fait par rupture de lpimrite qui reste dans la cellule hte. Ensuite, il y a accolement, deux deux, des trophozotes (= syzygie) au niveau de protomrites mucus qui entoure les deux cellules (une cellule mle et une cellule femelle petit kyste appel gamtocyste, vacu avec les fcs).
Dans le milieu externe, les noyaux se multiplient et se disposent la priphrie du cytoplasme
Phase 9 : perlage des gamtes.
Aprs la fcondation, on obtient un grand nombre dufs. Un zygote donne une spore qui subit trois divisions successives (la premire tant rductionnelle).

4\ Parasitisme chez les Myxozoaires.
Exemple de Myxobolus pfeifferi.
En 2, on a un germe amibode : le sporoplasme.
En 1, on a le stade final : la spore contenant le germe.
Le sporoplasme est binucl (2 noyaux). La structure de la spore est pluricellulaire on a une coque priphrique plusieurs cellules. Elle renferme le sporoplasme et un filament, dont le droulement favorise la libration de sporoplasme.

Le poisson sinfeste en ingrant les spores. Elles souvrent dans lintestin et librent le sporoplasme qui va se localiser dans les muscles o il subira de nombreuses schizogonies. Le tissu hte donne des tumeurs qui abritent un grand nombre de kystes structure en plasmobe.
On suppose que dans le plasmobe, il y aurait rduction chromatique et gamtogense. Ce qui est sr, cest quil y a vacuation dune spore avec les excrments.


VI\ Les formes coloniales.

Des colonies existent chez les choanoflagells : elle varient de quelques individus plusieurs milliers. Il peut mme y avoir une diffrentiation des individus (vgtatifs/reproductifs).
Par ces adaptations, les protozoaires coloniaux se rapprochent de lorganisation des pluricellulaires.
  • crazy dz

(Tags)
animale, biologie

« | »

: 1 ( 0 1)
 
:




Biologie animale crazy dz 0 10-21-2014 10:54 AM
manuel de biologie animale crazy dz 0 10-21-2014 10:43 AM
ATlas biologie Animale .pdf crazy dz 0 10-21-2014 10:41 AM
biologie animale Embryologie 1ere anne 0 12-11-2013 11:57 AM
biologie animale Cytologie 1ere anne 0 12-11-2013 11:55 AM


09:50 PM


.Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd